Comment gérer la perte de mobilité liée à l’âge ?

Nombreux sont les troubles et autres maladies liés à l’âge, mais le plus fréquent est sans aucun doute la perte de mobilité. En effet, les personnes âgées commencent souvent à ressentir de plus en plus de difficulté à réaliser des tâches auxquelles elles n’ont eu aucun problème à faire durant leur jeunesse, ce qui implique souvent une perte d’autonomie.

Toutefois, ce trouble n’est en aucun cas une fatalité car avec les bonnes méthodes, il est tout à fait possible d’y remédier ou du moins de faciliter la vie de ceux qui y font face.

Comme repérer la perte de mobilité ?

Etant principalement lié à l’âge, la perte de mobilité peut toucher n’importe qui dès l’âge de 65 ans. Cependant, selon les facteurs de son apparition, ce trouble peut être plus ou moins grave et dépend généralement des antécédents de la personne âgée.

La plupart du temps, les séniors qui commencent à perdre leur autonomie ressentent une perte progressive ou brutale de leurs fonctions motrices, ce qui les oblige souvent à dépendre des autres car même le fait de marcher peut être difficile.

De ce fait, pour la repérer et aussi la prendre en charge à temps, il est utile d’être attentif aux réactions de son corps. Eh oui, suivant ce qui a été indiqué plus haut, la perte de mobilité n’est pas forcément une fatalité et peut souvent être contournée si l’on fait attention.

Comment faire face à la perte de mobilité ?

Une perte de mobilité implique souvent une perte de force et de souplesse au niveau des muscles du corps, ce qui est normal puisque cela fait partie des processus de vieillissement.

Toutefois, si elle est prise en charge rapidement, il est possible de limiter ses effets et surtout aussi de limiter les risques qu’elle s’aggrave.

Pour cela, il n’y a pas vraiment de miracle, mais tout dépend la plupart du temps de la mode de vie de la personne âgée.

Eh oui, en prenant conscience de son état physique, un sénior peut alléger les désagréments liés aux pertes de fonctions motrices et ce, en veillant surtout à bien se nourrir et aussi de continuer à pratiquer des exercices physiques adaptés.

En adoptant une alimentation saine et équilibrée, un sénior peut très bien retarder, voire minimiser les effets de la perte d’autonomie et la pratique de sport comme la natation, l’aquagym, la marche ou aussi le yoga etc. peut parfaitement aider à entretenir son corps, ce qui permet de garder une certaine souplesse et de rester fort même si l’on vieillit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *