Senior : jusqu’à quel âge peut-on conduire ?

Vieillir ne signifie pas automatiquement que vous ne devriez pas être au volant, cependant, la surveillance régulière de vos capacités de conduite est un élément important pour garantir la sécurité, car il arrive un moment où les réflexes ralentissent et la vision se détériore, rendant la conduite dangereuse pour vous et les autres sur la route.

Ce qu’il faut prendre en considération

Certains pays européens exigent que les conducteurs âgés de plus de 70 ans prouvent leur aptitude physique tous les trois ans. Mais il n’existe aucune loi sur l’âge auquel vous devez cesser de conduire. À moins que votre santé ou votre vue ne se détériore soudainement, il peut être  difficile de savoir quand vous devriez arrêter la conduite définitivement. Votre sécurité et celle des autres usagers de la route sont les éléments les plus importants à considérer. Si vous craignez que votre conduite ne soit pas aussi bonne qu’elle ne l’était et que vous vous exposez ou exposez d’autres usagers de la route à des risques, arrêtezvous avant d’avoir un accident.

Évaluation de votre aptitude à la conduite

De nombreuses personnes âgées résistent à l’idée de renoncer à leur voiture. En fait, même lorsque des êtres chers expriment des inquiétudes au sujet de leurs capacités au volant, les aînés ne veulent souvent pas renoncer à l’autonomie que symbolise une voiture. Mais prendre une décision au sujet de la conduite n’est pas tant une question de maladie qu’une question de performance au volant. Lorsque la maladie de Parkinson ou l’arthrite cause une raideur si grave qu’elle réduit le temps de réaction, c’est un signe que vous devriez cesser de conduire.

Signes avant-coureurs d’une conduite dangereuse

Parfois, les signes de conduite dangereuse peuvent se manifester graduellement, ou un changement récent dans l’état de santé peut aggraver les problèmes. Même si les signes avant-coureurs individuels semblent mineurs, ensemble, ils peuvent représenter un risque important. Gardez un œil sur ces signes :

  • Fréquents incidents
  • Augmentation du nombre de contraventions ou d’avertissements de la part des agents de la circulation
  • Problèmes avec les principes de base de la conduite tels que les changements soudains de voie, la dérive dans d’autres voies et le freinage ou l’accélération soudaine et sans raison. D’autres exemples incluent le fait de ne pas utiliser le clignotant, ou de garder le signal allumé sans changer de voie.
  • Problèmes de vue comme ne pas voir les feux de circulation et les panneaux de signalisation
  • Problèmes auditifs tels que le fait de ne pas entendre les sirènes d’urgence ou les klaxons
  • Problèmes de mémoire
  • Problèmes de réflexes et d’amplitude de mouvement, comme ne pas réagir assez rapidement s’il faut freiner soudainement ou regarder en arrière rapidement, confondre les pédales d’accélérateur et de frein, s’énerver en conduisant etc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *